Optimiser sa vitesse sur le terrain

Des scéances d’entrainement spécifiques ont été élaborées par des entraineurs afin de développer la vitesse du sportif. La VMA et le temps de récupération qui sont des éléments importants pour développer la vitessse de course. La vitesse peut s’avérer un élément qui fait la différence pour un joueur et une équipe. On a tous souvenir d’équipe dont un ou plusieurs joueurs très rapides ont pulvérisé la défense adversaire gràce à une stratégie basée en partie sur le contre et la capacité de certains joueurs à se déplacer très vite. Toni Kroos réalise une Coupe du monde 2014 exceptionnelle qualifié par certains chroniqueurs de joueur le plus rapide du monde.

La capacité à se mouvoir rapidement et de façon très organisée est donc un élément à développer tant en équipe qu’à titre individuel.
Voici quelques fondamentaux pour commencer : L’endurance active correspond à une activité à 85 % de la fréquence cardiaque maximum (FCM).
A l’issu d’un échauffement de 20 à 25 minutes en terminant par de courtes accélérations sur 50 mètres, faites des séries de 200, 400 mètres. Le nombre de course doit être en rapport avec votre état, si vous êtes fatigué réduisez-le. Je vous conseille de commencer ce type d’entrainement sur 200 mètres à courir à au moins 90 % de votre FC Max soit presque à fond de vos capacité physiques.
Sur 400 mètres, effectuerez également une course à 90 % de la FC Max mais en limitant le nombre de séance par rapport au 200 mètres. La phase de récupération doit être légèrement plus courte que sur la distance précédente.

courir vite au football
course rapide sur 200 m

Diminuez progressivement le temps de récupération

La durée de récupération est importante et doit être approximativement égale à celle de l’effort. Par la suite vous pourrez réduire progressivement le temps de récupération. C’est la réduction progressive du temps de récupération qui permet de progresser. Entre chaque course, revenez au point au départ en marchant et pensez à vous hydrater sans attendre d’avoir soif.

Restez à l’écoute de votre corps

En cas de douleur ou de sensation de contracture musculaire, arrêtez la séance sans attendre et ne reprenez l’entrainement qu’après leur disparition totale. Enfin, je vous conseille d’éviter les séances de résistance/vitesse deux jours de suite afin de laisser le temps au corps de se reposer.
Attention aux excès : Intenses, trop longs, trop fréquents ou trop monotones, récupération trop courte ou mal menée, alimentation déséquilibrée ou insuffisante, déshydratation, etc. Chez un sportif qui s’entraîne pour la compétition, les signes du surentraînement doivent être régulièrement recherchés. Le sportif doit être averti de ces signes pour participer lui-même à leur détection et à la prévention du surentraînement

2 COMMENTAIRES

  1. Une technique que je conseille est de se concentrer sur l’atterrissement des pas et faire en sorte qu’ils soient légers et rapides, comme si vous marchiez sur un sol brulant. Ensuite sur le terrain, il faut être stratège et savoir s’économiser pour éviter l’essoufflement.

  2. Des fois on se demande s’il n’y a pas un peu de carburant dans l’air. Certains joueurs speed comme des ouf même après 80 minutes de jeux. C’est sur que l’entrainement y est pour beaucoup, mais des fois c’est étonnant

Laisser une réponse