Connect with us

Culture Foot

Benzeback ! Le retour du banni

credit photo Addesolen
crédit photo Addesolen

On connaissait la chatte à DD, voici le bluff à DD. Le sélectionneur rappelle Karim Benzema pour l’Euro après cinq ans d’absence. Une décision surprise unanimement saluée, mais est-ce vraiment une bonne idée ?

Benzema is back, le retour du banni. Dis comme ça, on nage en plein bockbuster à l’américaine, mais c’est bien un buzz à la française qui a remué le monde du football ces derniers jours. Aurait-on imaginé il y a encore quelques mois revoir la star du Real en bleu ? Et pourtant. Observer le Benz’ arrivant à Clairefontaine tout sourire après cinq ans d’absence a réjoui tous les amoureux de foot. Parce que, quoiqu’en dise, Benzema est un grand joueur et l’équipe de France, toute championne du monde qu’elle est, ne pouvait plus longtemps ignorer ses performances majeures saison après saison.

Conscient des difficultés offensives actuelles des Bleus, Didier Deschamps,éternel pragmatique, a donc enterré la hâche de guerre. On a longtemps cru que Benzema et les bleus, c’était de l’histoire ancienne. Deschamps, têtu comme un Basque, a longtemps évité le sujet, surtout après l’épisode des graffitis insultants sur sa propriété, suite à la déclaration pour le moins maladroite de Benzema arguant que le sélectionneur avait cédé sous la pression d’une partie raciste de la France pour justifier sa mise à l’écart.

Les polémiques derrière eux, les deux hommes se sont rapprochés et se sont rencontrés à plusieurs reprises ces derniers mois dans le secret de Dieux du football.

Il y a sûrement eu une petite chicha de réconciliation :

D.D : « Karim, tant au niveau tekeunique que takeutique, je pense que tu peux encore apporter quelque chose à l’équipe »

K.B : « Sûr coach ! Vous avez vu comment je charbonne au Real ?! »

D.D : « Ok Karim, je te sélectionne à condition que tu laisses tes sex tapes à la maison et que tu partages aussi la chicha avec Oliv (Giroud) que t’as traité de vulgaire karting »

K.B : « Ok pour les K7 »

 Sexe, mensonges et vidéos

L’excitation autour de ce retour ne doit pas faire oublier que Benzema, impliqué dans la fameuse « affaire de la sex tape », est justiciable. Il sera jugé en octobre prochain pour « complicité de tentative de chantage ». L’ombre judiciaire pèsera-t-elle sur les performances de la star du Real à l’Euro ? Mathieu Valbuena la victime de cette sale affaire a réagi froidement à la rédemption de son ennemi intime. « S’il peut apporter un plus, tant mieux ». Si au fond Petit vélo ne roule clairement pas pour Benzema, et on peut le comprendre, la France du foot salive à l’avance de son association avec MBappé. Sur le papier, cette ligne d’attaque fait déjà peur à toutes les nations, les deux cracks alignant des stats invraisemblables depuis plusieurs saisons en club.

 

Le Real, parce qu’il le vaut bien

En France, Benzema a toujours souffert d’une image brouillée, régulièrement associée à une génération individualiste ne respectant pas l’autorité, alors même qu’il devenait au fil de ses onze saisons au Real une institution. Décisif sur le terrain, exemplaire en dehors régulièrement capitaine, et toujours collectif par son jeu. C’est toute la complexité du personnage. Il faut mesurer l’immense carrière de l’ancien prodige de l’OL en Espagne qui a réussi à s’imposer dans le plus grand club du monde où la pression sportive et médiatique est permanente. Les dirigeants de la Maison Blanche ont eu beau lui mettre régulièrement des avant-centres de classe mondiale dans les cannes (Higuain, Huntelaar pour ne citer qu’eux), Benzegoal les a tous renvoyés à leurs chères études. Avec 300 buts (160 passes décisives), il est devenu le quatrième buteur de l’histoire du club merengue, se forgeant au passage un palmarès XXL. Cette saison, ses 30 buts et ses 9 passes décisives toutes compétitions confondues ont continué de marquer les esprits, particulièrement celui de Deschamps qui a du donc se rendre à l’évidence : la France ne peut décemment plus se permettre de laisser un tel joueur sur la touche.

 La Formule 1 rebat le kart

Alors, quid de l’attaque de l’équipe de France ? Pour reprendre la comparaison si « sympathique » du madrilène, la formule 1 Benzema mettra-t-elle hors piste le karting Giroud ? Joueur essentiel de Deschamps loué pour son état d’esprit exemplaire et très apprécié pour ses qualités de pivot, l’attaquant de Chelsea a très peu joué cette saison, cantonné au banc, mais toujours combatif. Cependant, il tient peu la comparaison avec Benzema si l’on s’en tient aux qualités intrinsèques. Le sélectionneur prendra-t-il le risque de titulariser d’entrée le banni ? Au risque de faire jaser dans un groupe lié à vie par son épopée au Mondial 2018 ? Il est fort à parier que le système des bleus sera repensé, et qu’aligner un trio magique Griezmann-Mbappé-Benzema sera plus que tentant.

Reste que l’histoire en Bleu de Benzema n’a pas seulement été contrariée en coulisses mais aussi sur le pré. Jamais réellement étincelant, il avait connu une période de disette abyssale de juin 2012 à octobre 2013, soit 1222 minutes sans le moindre but ! On retiendra seulement un Mondial 2014 correct qui marquait les prémices des futurs succès de l’équipe de France. Sa dernière compétition internationale à ce jour…

Cinq ans plus tard, revoilà Benzebut frais comme un junior à 33 ans, prêt à marquer l’Euro de son emprunte dans la peau d’un petit nouveau.

Ca tombe bien. Pour sa seule interview accordée à l’Equipe, il a confié : « Je me suis toujours considéré comme un Bleu ».

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Culture Foot

Copyright © le-footballeur.com