Connect with us

Progresser

Comment préparer la reprise après le confinement

crédit Bruno Perrel
image officielle crédit Bruno Perrel

Les conseils de Pierre Bazin (ligue 1) pour préparer la reprise du football après le confinement.

La reprise des sports collectifs après le confinement ne doit pas s’improviser. Le préparateur physique de Lorient, Pierre Bazin, propose quelques pistes pour l’envisager.

Alors que les mineurs sont désormais autorisés à reprendre les sports collectifs, malgré le maintien du confinement, les adultes se rattachent au 20 janvier, date envisagée de la reprise. Près de trois mois se seront alors écoulés depuis la mise en pause des activités sportives.

Comment se prémunir d’éventuelles blessures et aborder le retour sur les terrains de la meilleure des manières ? Le préparateur physique du FC Lorient (Ligue 1), Pierre Bazin, évoque cette période qu’ont connu les professionnels au printemps et délivre quelques secrets pour réussir la transition.

« Quels sont les principaux risques liés à une si longue interruption ?

L’inactivité n’entraîne pas un risque de blessure. Ce qui le fait, c’est la reprise de l’activité après le confinement. Pour éviter ces blessures, il faut arriver à trouver une solution pour limiter le désentraînement, au niveau musculaire et au niveau cardio, énergétique. D’autres variables interviennent, notamment les aspects psychologique, alimentaire et d’autres.

Quelle stratégie adopter, alors, pendant le confinement ?

Il y a plusieurs axes : la perte de masse musculaire, et la perte de la force musculaire. Ce sont ceux qu’il faut traiter. Pour limiter le désentrainement, avec les professionnels, on avait organisé des séances à distance sous forme de hiit (entraînement fractionné). On pouvait traiter à la fois l’aspect musculaire – qu’on pouvait travailler avec le poids du corps sans problème – et l’aspect cardio – en répétant les efforts de manière intense. C’était un accompagnement supplémentaire au travail qu’on demandait quasiment quotidiennement.

Quelle est la bonne fréquence pour travailler dans ce contexte ?

On mettait en place une séance quotidienne, voir deux, en lâchant le samedi et le dimanche. Mais il faut l’adapter au niveau : pour le monde amateur, forcément, il y en aura un peu moins. La problématique est différente : est-ce qu’on fait travailler de la même manière un informaticien ou un maçon ? Il faut s’adapter. Mais la priorité reste de limiter le désentraînement, pour qu’il y ait moins d’inertie à la reprise. Sur Internet, on peut trouver énormément de supports vidéo qui permettent de travailler ces deux aspects. Pas forcément orientés foot, mais sur de la préparation physique générale.
A fortiori quand on sait quand est espérée la reprise.
Ca a été une période un peu novatrice (l’interruption du printemps pour les professionnels), parce qu’on n’avait jamais vécu cette situation là. Malgré ces séances et cet accompagnement, il y avait quand même une absence de perspective. Mais quand on a eu une date butoir, celle de la reprise de la saison, on a pu préparer notre puzzle sportif. On a réuni les joueurs pour faire un bilan, avec des tests relativement simples, notamment sur le psychologique, la souplesse, les articulations, l’équilibre… On a fait un état des lieux très fin sur chacun des joueurs, pour définir les axes de travail et des devoirs pour leurs vacances, pour combler les déficits. Ce qu’on a observé, c’est que le déficit de force n’était pas énorme, mais le gros problème, c’était un déficit proprioceptif : on avait des gars qui avaient des pertes de repères dans l’espace. Le fait de ne plus avoir d’entraînement avec le ballon pendant si longtemps, on s’est aperçu que la gestion du corps dans l’espace était altérée. Il faut le savoir. Donc avant de parler de préparation physique, il a fallu les reprogrammer au foot.

Pierre Bazin

Comment ?

On a fait une préparation physique en deux temps : d’abord que du foot, de manière cadrée, sans frappe, sans contact, mais que du ballon. Des circuits aérobie, des exercices simples. Après, on a fait la préparation physique. Ce qui a très bien fonctionné : on a eu très peu de pépins pendant la préparation. On les a préparés à reprendre dans de bonnes conditions.
Ce qui n’est pas forcément adaptable aux amateurs cet hiver.
Pour le monde amateur, les championnats devraient reprendre assez rapidement, sans ce temps nécessaire si on voulait appliquer la même chose, mais la philosophie reste la même. Les repères et la gestion de l’espace sont altérés, donc pour relancer les mecs, il va falloir qu’il y ait du ballon. Si les mecs ont été sérieux, qu’ils se sont entretenus, ils ont couru pendant des semaines, il faut les lâcher avec ça. La porte d’entrée, pour moi, c’est un travail énergétique avec le ballon pour retrouver les repères qu’on a perdus. Ca se contrôle : pas de frappe, pas de duels… Et une fois qu’ils sont reprogrammés, là, venir sur le vif du sujet : un peu de renforcement musculaire, peut-être un peu de travail intermittent individualisé en fonction des capacités de chacun, et le reste d’une prépa classique. »

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Progresser