Histoire de l’hooliganisme dans les stades de football

Camp nou sign violence hooligan
Un hiatus s’est instauré entre supporters et autres membres du public dans les années 60 en Angleterre. Les premières manifestations ont ciblé occasionnels les arbitres et les autorités. A partir de 1960, il y a eu une croissance très importante de l’hooliganisme parmi les supporters anglais. Dans les tribunes situées derrière les buts étaient regroupés les supporters les plus jeunes, les plus démunis et qui ont introduit un nouveau répertoire de chants et qui ont instaurés une distinction entre les supporters locaux et les supporters distants. Cette tendance s’est ensuite répandue dans toute l’Europe, spécialement en Italie, aux Pays-Bas et en Allemagne. Dans la première moitié des années 70s, les plus grandes équipes européennes avaient des supporters extrémistes qui produisaient des rivalités intenses entre les clubs. Certains d’entre eux organisent un véritable spectacle dans le stade, avec fumigènes et bannières aux couleurs du club.

Enfin il convient de distinguer le hooliganisme du phénomène Ultras. Les groupes de supporters Ultras sont contitués en association qui se fixent pour objectifs d’animer les stades (par la présence vocale ou par réalisation de « tifos ») tout en suivant l’équipe en déplacement. C’est ce modèle que l’on trouve dans le sud de la France et à Paris alors que dans l’Europe du nord et en Espagne c’est le modèle anglais qui domine.

Ces supporters pour certains, engagés dans un guerre qui s’appuie sur un climat politiques, comme entre l’Angleterre et l’Argentine, le Brésil et Argentine, Ecosse et l’Angleterre. Le point médiatique culminant de ce développement est le Heysel pendant lequel, le 29 mai 1985 au stade de Bruxelles, des supporters anglais attaquent une tribune italienne. Rouant de coups les spectateurs, ils créent une véritable panique dans la foule, provoquant la chute d’un mur. En quelques minutes, des centaines de personnes sont piétinées.

Hooligans

Le football fournit alors l’exutoire de toutes les violences mais surtout d’un mal de vivre oppressant. Il faudra attendre la tragédie de Hillsborough en 1989 pour voir la mise en place d’une « vraie » politique globale des supporters en Angleterre, incluant la réfection des stades, bien que cette tragédie ne fût pas lié au hooliganisme. Depuis lors, le hooliganisme n’est plus un problème pesant comme ce fut longtemps le cas.

 

L’application des méthodes policières a réprimé l’hooliganisme au stade et dans d’autres endroits. Également, la violence et le racisme associé au football se sont répandus partout, en Europe.


Hooligan anglais

Voir aussi : Le film Hooligan

Le mouvement de supporters UltrasHistoire du football

1 commentaire

Laisser une réponse